Menu

Dîner au restaurant Les Belles Perdrix du Château Troplong Mondot

Le Château Troplong Mondot rouvre ses portes après 3 longues années de gros travaux (vous avez déjà eu un bel aperçu ici), et c’est avec un immense plaisir que nous sommes venus cette fois découvrir le restaurant gastronomique Les Belles Perdrix.

Nouveau cadre, nouveau décor, salle lumineuse qui s’ouvre sur les vignobles à perte de vue, c’est une nouvelle vie qui commence pour Les Belles Perdrix. Le restaurant du domaine conserve son nom (pour le bonheur de ses fidèles) mais il a été largement réinventé par les architectes d’intérieur Bruno Moinard et Claire Bétaille. Adossé à un bar chaleureux et cosy, la salle à manger aussi lumineuse que raffinée se prolonge par une immense terrasse qui dévoile une vue à 180° sur l’océan de vignes en contrebas… absolument magique!

Restaurant Les Belles Perdrix de Château Troplong Mondot

Le Chef David Charrier avait rejoint Troplong Mondot en 2013 et avait été honoré d’une étoile Michelin en 2016 et 2017. Vendéen d’origine, breton d’adoption, David retrouve avec bonheur ses fourneaux après ces 3 années de travaux et entend bien poursuivre l’écriture d’une partition.
Au plus près de la nature et des saisons, son domaine de prédilection, ce sont les produits de la mer et le végétal.

Direction la superbe salle du restaurant Les Belles Perdrix. Au choix, l’entrée directe par l’extérieur face aux vignes, ou entrée par la vertigineuse passerelle en verre au dessus du chai aux allures de cathédrale, à voir absolument.

Les Menus du restaurant Les Belles Perdrix :

Pour les menus, plusieurs choix sont possibles: le Menu « L’Aile ou la Cuisse » à 78 et 95 € suivant le nombre de plats, et le Menu « Envol » à 135 € (il existe également un Menu Déjeuner en semaine à 48 €) ; tous les détails ici.

De notre côté, on part sur le menu Envol en 7 plats, qui va évoluer au fil du temps et des saisons.

La terrasse extérieure face aux vignes est parfaite pour prendre l’apéritif.

La terrasse du restaurant Les Belles Perdrix du Château Troplong Mondot

On commence les festivités avec les amuses bouche, les yeux pétillent et on se sent merveilleusement bien.

 

  

Le cornet : tartare de mulet, graines de quinoa soufflées sur le dessus // Sablé crème raifort, jaune d’oeuf confit et herbes du potager // Charcuterie de pigeon et pain soufflé tel un gressin 

 

Tartare de boeuf et sa gelée (cuillère) // Tarte à l’oignon revisitée

Beaucoup de finesse d’entrée de jeu, l’effet wahou est là mais pas que, la symphonie gustative commence!

On rejoint ensuite la salle du restaurant:

 

Pain maison et beurre baratté maison à partir d’une crème double de la laiterie Fayes du Limousin

Premier plat du menu:

Tartare de veau, grains de caviar à l’intérieur, anguille fumée, gelée, sarrasin soufflé, et herbes du potager

Là ça commence très fort avec ce terre/mer parfaitement abouti. Le tartare de veau est très fin, un peu d’iode pour le soutenir, un peu de goût fumé, une gelée douce sert de liaison tandis que le sarrasin croustille légèrement sous la dent avec son parfum de noisette. D’une efficacité redoutable!

 

Plat suivant:

Langoustine royale, petits pois du potager, asperges sauvages, émulsion de crustacés, jus ail des ours, citron caviar

Magnifique langoustine, cuisson parfaite (là je suis redoutable ^^), le jus d’ail des ours sait ne pas prendre le dessus pour pouvoir apprécier les légumes et la chair nacrée de la langoustine. Entre sucrosité, acidité et légère amertume, tous les ingrédients trouvent leur place, vraiment magnifique.

 

Plat suivant:

Ris de veau gratiné, caviar d’aubergines, navet primeur, ravioles de carotte, jus de veau / carottes , extrait de carotte

Les ris de veau sont de qualité, croustillants, avec une belle chair soyeuse. Très bel équilibre avec la douceur de la carotte que l’on retrouve en ligne directrice de l’assiette… excellent!

Plat suivant:

Turbot Ikéjimé, la gelée, oeufs de turbot, petits pois, asperges sauvages, salicorne, coques, émulsion coquillages, fleurs de bourrache et de roquette

Beauté du turbot Ikéjimé, une assiette d’une extraordinaire finesse, lisible et encore parfaitement équilibrée. Les saveurs sont au rendez-vous, un plat brillant!

Plat suivant:

Agneau – selle et filet – artichauts, jus barigoule, chips d’artichauts, fromage frais travaillé, jus d’agneau

Pas toujours facile de travailler l’agneau. L’association avec le fromage frais est heureuse, pas de fausse note, mais un plat peut-être un peu plus classique.

 

On glisse maintenant vers la partie sucrée…
Ancien Chef Pâtissier du restaurant 2* La Réserve à Paris, Adrien Salavert a rejoint l’équipe des Belles Perdrix en début d’année. Talentueux et créatif, il aime proposer des desserts surprenants visuellement et gustativement.

On commence avec un pré-dessert différent pour nous 2:

Belles perdrix

Tarte citron et macaron de Saint-Emilion revisité

Dessert très peu sucré, seulement avec le sucre résiduel des fruits. De la fraîcheur et de l’acidité, du croquant et du moelleux, c’est subtil et léger, maitrisé et très bon.

Tarte à la rhubarbe et sorbet rhubarbe

Un design très soigné et un bel équilibre de textures, bluffant en bouche.

 

Le Chef Sommelier Jean Marie Contestin, nouvellement arrivé d’Ecosse, assure de son coté pleinement son rôle avec des accords mets/vins parfaits.

Puis le dessert:

dessert Les Belles Perdrix

Blé caramélisé, sorbet safran, mousse de pain brûlé, chocolat blond avec le graphisme de l’épi de blé

Proche de la nature et des produits, Adrien raconte que c’est en voyant du safran dans le champ de blé de son producteur qu’il a eu envie de créer ce dessert. Une évidence et une cohérence aussi bien dans l’esthétique parfaite qu’au niveau du goût.
Du beau et du bon, c’est comme ça qu’on aime les desserts! Technique et créatif, Adrien Salavert sait marier les produits du terroir avec audace, précision et gourmandise. C’est vérifié avec cet excellent dessert.

On termine les yeux pétillants de bonheur avec les infusions/café et les mignardises qui assurent une belle dose de gourmandise supplémentaire.

 

mignardises

 

 

Tartelette aux noix à partager, cerises façon forêt noire, tartelette verjus et herbes du jardin, cannelés bordelais

On se prend de plaisir pour terminer avec ces jolies douceurs… comme un feu d’artifice final.

Petit passage dans les cuisines:

David Charrier Adrien salavert

 

Les Belles Perdrix Saint-Emilion

Adrien Salavert et David Charrier

Avec des assiettes de qualité qui s’enchainent, une cuisine raffinée qui a superbement évolué et un service d’exception orchestré par le brillant Guillaume Carpel, cette nouvelle page qui s’ouvre pour Les Belles Perdrix de Troplong Mondot est sacrément prometteuse. Vraiment une pause idéale pour une escapade gourmande!

Et si on prolongeait cette pause gourmande par un séjour de rêve dans un bâtiment de charme dans le Parc de la Propriété? ça aussi c’est possible, et pour savoir comment vivre « L’expérience Troplong Mondot » , ça se passe aux Clefs de Troplong Mondot que vous pouvez découvrir ici .

Château Troplong Mondot/ Les Belles Perdrix
33330 Saint-Emilion
Tél: 05 57 55 32 05
Commentaires
  1. Philippe | Répondre
    • Chantal Descazeaux | Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *