Menu Menu

Restaurants 2016, le best of de l’année!




Comme chaque fin d’année, Assiettes Gourmandes ne va pas déroger au rituel de revenir sur ses plus beaux souvenirs gastronomiques de l’année.
Nous avons eu le plaisir de nous attabler dans de nombreux restaurants tout au long de cette année (je ne les ai pas comptés ^^) ; aucun mauvais souvenir lors de ces pérégrinations gastronomiques, mais peut-être des établissements ou des assiettes qui nous ont marqués plus que d’autres.

Alors j’en ai retenu 12, tout au long de l’année, comme les 12 mois mois de l’année (même si les dates ne correspondent pas forcément exactement aux dates des repas)… Parmi ces 12 souvenirs, 7 nouveaux Chefs ou nouveaux établissements : l’année a été riche en belles découvertes!

On a commencé très fort ce début d’année avec:

– Janvier: Eric Fréchon, restaurant Epicure au Bristol à Paris (3 étoiles Michelin, 4 toques 18/20 au G&M)

Epicure Bristol (33)

Poireau d’Ile de France, cuit entier au grill, beurre aux algues, tartare d’huîtres « Perle Blanche », cébette et citron

Faire d’un poireau un plat énorme, retrouver la quintessence du produit, des saveurs qui claquent, de l’iode, de l’acidulé, on peut parler d’émotion et ce plat restera gravé dans ma mémoire. Seul le génie d’Eric Fréchon pouvait réaliser ce plat. Très belle découverte de cet établissement ; certainement une des plus belles cuisines du moment sur Paris.

– Février : Michel Vico, restaurant Le Jasmin au Stelsia , à Saint-Sylvestre-sur-Lot (3 toques et 15,5/20 au G&M)

Le Jasmin (22)

La Langoustine, Noix de Saint-Jacques en cannelloni, topinambour et ail noir d’Aomori

Juste ouvert en 2016, le restaurant Le Jasmin et son Chef Michel Vico n’ont pas fini de faire parler d’eux. Auréolé de 3 toques au Gault& Millau dès son ouverture (le Michelin est en retard dans ses éditions  ^^), on garde un souvenir mémorable de notre séjour dans ce lieu exceptionnel, magique et unique qu’est Le Stelsia. Une seule envie : y revenir!

– Mars : Victor Ostronzec au Soléna à Bordeaux ( 2 toques et 14/20 au G&M)

restaurant Solena Bordeaux (18)

Merlu de ligne, chou-fleur, cacahuète

Ici aussi, il s’agit d’une création, où plutôt d’une reprise, puisque Victor Ostronzec a repris le Soléna en 2016 succédant ainsi à Aurélien Crosato. Déjà 2 toques et 14/20 au Gault& Millau pour Victor, un Chef qui ose des associations percutantes, qui réalise des dressages méticuleux et des jus remarquables… pour nous, la plus belle révélation de l’année à Bordeaux! Là aussi, le potentiel est là, et on a pas fini de parler du Soléna!

– Avril : Nicolas Masse à La Grand’Vigne, aux Sources de Caudalie, Martillac ( 2 étoiles au Michelin, 3 toques et 16.5/20 au G&M)

Les Sources de Caudalie (15)

Artichaut poivrade farci d’herbes et aromates du jardin

Je ne présente plus Nicolas Masse et Les Sources de Caudalie! Chaque année Nicolas gagne un peu plus en maturité en imposant son style, et avec le superbe potager qu’il a maintenant à sa disposition, les légumes du jardin sont mis à l’honneur, pour ne pas dire magnifiés. Vous l’aurez compris, Nicolas et Les Sources de Caudalie, je suis fan à 200%. L’histoire des Sources de Caudalie est déjà magnifique, un bel avenir et de nouveaux objectifs sont en ligne de mire!

– Mai : Jean-André Charrial et Glen Viel à l’Oustau de Baumanière, aux Baux de Provence ( 2 étoiles Michelin, 3 toques et 16.5/20 au G&M)

Oustau de Baumanière (46)

Artichaut barigoule, crème d’oignons et jus d’oignons grillés

Comme je l’ai dit dans l’article je garde un souvenir époustouflant de ce plat! J.A.Charrial et G. Viel nous ont enchantés tout au long du repas, qui reste un de nos très gros coups de coeur et une de nos plus belles découvertes de l’année 2016! En plus, le lieu est mythique, magique, what else?

– Juin : Pierre Gagnaire à La Grande Maison Bernard Magrez à Bordeaux (3 toques et 16/20 au G&M)

La Grande Maison Pierre Gagnaire (25)

Blanc de Saint-Pierre en gelée parfumée de badiane, concombre, pastèque et melon Galia au Campari, sorbet blanc, piperade

Tout le monde connait l’histoire de La Grande Maison de Bernard Magrez. Après le départ de Joël Robuchon, c’est Pierre Gagnaire qui a repris les commandes des cuisines, en confiant celles-ci tout d’abord à Nicolas Fontaine, du restaurant Gaya. Le repas que nous y avions fait cet été avec Nicolas Fontaine était déjà très prometteur sur la superbe Histoire que Pierre Gagnaire souhaite inscrire dans ce prestigieux établissement bordelais.
Depuis, Jean Denis Le Bras est venu de Hong-Kong pour succéder à Nicolas comme cela était prévu, et une nouvelle histoire commence à s’écrire… nous avons découvert cette nouvelle histoire la semaine dernière (un nouveau C/R suivra bientôt). La Grande Maison reste incontestablement pour nous une des plus belles adresses intra-muros de Bordeaux.

– Juillet : Jean-Georges Klein et Jérôme Schilling à la Villa René Lalique à Wingen-sur-Moder (2 étoiles au Michelin, 4 toques et 17/20 au G&M)

Villa René Lalique (53)

« The Lips » de Salvator Dali, foie gras aux saveurs d’Ispahan

A la Villa René Lalique on a retrouvé la cuisine de très très haut vol de JG Klein comme on l’avait connue lorsqu’il était à l’Arnsbourg. Pour nous, c’est juste une des plus belles émotions que l’on ait jamais connue (avec celle de la cuisine de Gilles Goujon). Et, cerise sur le gâteau, son talentueux Chef Pâtissier Nicolas Multon l’a suivi dans son nouveau challenge… que du bonheur!
2 étoiles et 4 toques… pour commencer, mais ce n’est pas fini!

– Août : Cyril Leclerc au Château d’Adoménil à Lunéville ( 1 étoile Michelin, 3 toques et 16/20 au G&M)

Château Adoménil (31)

Tomates clémentines, eau de tomate coeur de boeuf

Le Château d’Adoménil : une adresse que j’affectionne profondément, tant par la superbe cuisine de Cyril Leclerc qui nous subjugue à chacune de nos venues, que par le chaleureux accueil de Sophie, une maîtresse de maison adorable et d’une gentillesse comme nulle part ailleurs.
Une maison où l’on se sent bien, magnifiquement bien. Juste une de mes adresses favorites de France et de Navarre 🙂
Impossible et impensable de venir dans le Nord-Est sans s’arrêter au Château d’Adoménil! (et si Bibendum pouvait y passer aussi pour ajouter une 2ème étoile tellement méritée ça serait bien…) En attendant, merci à Gilles Pudlowski qui l’a honoré du titre de Chef de l’année du Pudlo Lorraine 2017!

– Septembre : David Charrier au restaurant Les Belles Perdrix au Château Troplong Mondot, à Saint Emilion ( 1 étoile au Michelin)

Les Belles Perdrix Troplong Mondot (25)

Merlan laqué au caramel de tomate, et cannellonis courgettes et petits pois, feuilles d’amarante et Parmesan

Le restaurant Les Belles Perdrix au Château Troplong Mondot est une adresse que j’aime beaucoup dans la région bordelaise, et que je suis fière d’avoir découverte avant même que les grands guides gastronomiques ne la répertorient! Le repas que nous y avons fait cet été nous a montré que l’histoire des belles Perdrix était loin d’être finie : la cuisine de David Charrier qui était déjà d’un très haut niveau a connu une très belle évolution. Et, nec plus ultra, la terrasse qui domine les coteaux de Saint Emilion est juste exceptionnelle! Une adresse à connaitre absolument dans la région!

– Octobre : Olivier Nasti au restaurant 64° du Chambard, à Kaysersberg ( 2 étoiles au Michelin, 4 toques et 17.5/20 au G&M)

Olivier Nasti Chambard Kayses (4)

Carpaccio de bar de ligne « Ikejime » tiède, caviar Petrossian, huile d’olive, crème épaisse et persil brulé

On connaissait Olivier Nasti et sa cuisine depuis plusieurs années… mais le repas que nous y avons fait cette année, comment dire? Whaou! A l’image de ce superbe carpaccio de bar Ikejime le Menu Dégustation qui nous a été servi a été une succession de claques culinaires : filet d’anguille fumée, choucroute revisitée, tourte de chevreuil, chamois du Tyrol… vous l’aurez compris, Olivier Nasti propose une cuisine avec une réelle identité, et celle-ci nous a juste bluffés!
2 étoiles et 4 toques, mais l’histoire ne s’arrêtera pas là…-

– Novembre : Thierry Marx au Sur Mesure du Mandarin Oriental, à Paris ( 2 étoiles Michelin, 5 toques et 19/20 au G&M)

Thierry Marx Mandarin Oriental Paris (19)

Grouse bicolore, châtaigne et poire

On ne présente plus Thierry Marx et sa cuisine… c’est Thierry…
Le Gault&Millau a tout dit : 5 toques et 19/20
En un mot: incontournable!

– Décembre : Jean-François Piège, au Grand Restaurant, à Paris ( 2 étoiles Michelin, 4 toques et 17/20 au G&M)

Jean François Piège (26)

Homard bleu cuit en feuilles de figuier, concentré de figues, foie gras épicé, poivre sauvage

On entendait beaucoup de bien de Jean-François Piège, alors lors de notre dernier passage parisien le Grand Restaurant était sur notre to-do-list.
Et l’on n’a pas été déçu, que du bonheur du début à la fin de notre repas! De très grandes émotions, et là aussi une de nos plus belles découvertes de l’année!

Voilà qui termine cette liste non exhaustive de nos coups de coeur de l’année 2016.
Il pourrait y en avoir bien d’autres, je pense par exemple au superbe dernier repas que nous a concocté Jean-Luc Rocha à Cordeillan Bages, un dîner spécial Krug… et que je n’ai même pas encore mis en ligne, je suis à la bourre, shame on me! En plus c’était le dernier fait à Cordeillan Bages avant le départ de Jean-Luc pour Paris… il y a déjà un brin de nostalgie quand j’écris ces mots…
Ou par exemple au repas au Château de Courban réalisé par Takashi Kinoshita, un Chef très prometteur qui devrait faire parler de lui dans les années à venir!

Et pour finir en beauté, je ne pouvais pas passer sous silence la superbe Bûche de Noël réalisée par Arthur Fèvre du Grand Hôtel à Bordeaux, et qui représente la célèbre Place de la Bourse de Bordeaux… une oeuvre d’art qui a magnifié notre repas de Noël!

Bûche de Arthur Fèvre

Voilà donc 2016 qui s’achève pour nos découverts culinaires… il ne reste plus qu’à souhaiter que 2017 soit aussi riche en émotions gustatives!

Retrouvez-moi sur Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.