Menu

Voyage à l’Ile de Pâques

Après notre courte escale à Santiago du Chili, je vous emmène à la découverte de l’Ile de Pâques, cette île du Chili perdue au milieu de l’Océan Pacifique, et qui a su garder toute une part de mystère…

L’Ile de Pâques est en effet complètement isolée : elle se trouve à 3 525 kilomètres des côtes chiliennes et à 4 250 km de Tahiti,  ce qui lui vaut d’être le lieu habité le plus isolé du monde ; de plus elle est minuscule, seulement 23 km de long!
Le nom de l’île est dû au Hollandais Jakob Roggeveen qui y accosta le dimanche de Pâques 1722, mais le nom originel de l’île reste Rapa Nui.
Peu de liaisons aériennes avec le reste du monde : seulement 1 à 2 avions par jour la relient à Santiago, ainsi qu’à Tahiti.
A l’arrivée au petit aéroport intimiste de l’île de Pâques, l’ambiance polynésienne est évidente (les habitants de Rapa Nui sont les descendants d’habitants de l’archipel des Marquises):

arrivée aeroport Ile de Pâques

Accueil très sympathique à dès la sortie de l’avion : colliers de fleurs et chants polynésiens pour souhaiter la bienvenue aux voyageurs:

 

Du fait de son isolement, l’Ile de Pâques est restée sauvage malgré une fréquentation de tourisme en hausse. L’aspect de l’île frappe par l’absence de forêt et par ses paysages arides, rocailleux et austères. Une seule petite route fait le tour de l’île ; faire attention aux chevaux en liberté que l’on rencontre fréquemment au milieu de la route:

Mais ce qui fait toute l’originalité et le charme de l’Ile de Pâques, c’est bien sur ses statues monumentales construites en pierre volcanique : les moaï.

Enigmatique, intrigante, mythique…ce sont les termes qui reviennent pour qualifier cette île et les immenses têtes sculptées que l’on y trouve. Des explications certes, mais parfois controversées et le mystère subsiste. Classé « Paysage culturel du patrimoine mondial  » par l’UNESCO en 1995, le Parc Rapa Nui recense plus de 900 statues dans des décors fascinants.
Leur taille varie de 3 à 20 mètres, et leur poids peut atteindre plus de 10 tonnes.

Tongariki et ses 15 Moaï: un site splendide avec ses immenses statues dos à la mer, 150 m de long, 4 m de hauteur, c’est le plus grand alignement de l’île:

Sur le site d’Ahu Akivi, les 7 Moaï sont alignés cette fois face à l’Océan; ils représenteraient 7 éclaireurs venus chercher de nouvelles terres…

Un autre site particulièrement intéressant est celui de Rano Raraku. Rano Raraku est le nom d’un volcan mais c’est aussi un site exceptionnel qui a servi de carrière à presque tous les Moaï de l’île et où sont restées grand nombre de statues inachevées, abandonnées ou en cours de transport. Certaines ne sont que de piètres ébauches, d’autres semblent être des statues colossales achevées… Les chercheurs planchent toujours… pendant que l’on profite de la beauté du lieu.

De nombreux mystères les entourent encore : comment ont-ils été transportés depuis la carrière où ils ont été sculptés jusqu’aux lieux où on les a retrouvés? Pourquoi sont ils toujours érigés le dos à la mer?…

J’ai eu un tête à tête avec un moaï pour lui poser ces questions mais je n’ai pas eu de réponse ^^

Les moaï sont parfois coiffés d’un chapeau rouge appelé pukao, en roche volcanique:

moaï

Anakena, la seule plage de l’Ile de pâques avec ses 5 Moaï

Je n’ai pas résisté à la tentation de me baigner sur la seule petite plage de l’ile (se baigner à l’île de Pâques, what else?):

plage

Quelques photos du petit cimetière de l’île:

cimetière ile de Pâques

Près du port, de nombreuses tortues marines viennent saluer les touristes:

tortues

La soirée tombe sur Rapa Nui ; des piroguiers font la course derrière les statues…

… pendant que l’on déguste un excellent ceviche sous le regard des moaï (accompagné d’un pisco sour ^^):

Parmi les bonnes adresses de la ville (je ne vous ai pas dit mais il n’y a qu’une seule ville sur l’île de Pâques!), on peut citer Te Moaï Sunset Restaurant avec vue sur la mer, et Mahalo dans le centre avec un joli cadre polynésien qui offrent tous les 2 une cuisine de qualité.

Dernière nuit à notre maison d’hôtes pleine de charme et tenue par un français très sympa (Jérôme): le Kona Koa Lodge:

kona koa lodge

Après en avoir pris plein les yeux à Rapa Nui, il est temps de repartir pour le continent sud américain… histoire à suivre!

Commentaires
  1. Bozu | Répondre
  2. Véronique Escrivant | Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *