Menu

A la découverte des vins de Bordeaux avec le CIVB; suite et fin

Je vous ai raconté dernièrement la 1ère partie de notre week-end spécial accord mets-vins organisé par le CIVB et Bordeaux and you.
Après notre cours à l’Atelier des Chefs, notre petit groupe de bloggeurs sympathiques (Lavande, Trinidad, Cathy, Philo, Dorian et moi-même) a pris le chemin de Saint-Emilion, accompagné par notre guide Nathalie et nos accompagnateurs Yann et Claire… sans oublier Eric, Régis et Domi, les 3 maris toujours prêts à déguster des bons vins 😉

Nous nous sommes d’abord rendus au Château de Pressac, Saint-Emilion Grand Cru et propriété historique qui a vu la signature du traité mettant fin à la guerre de Cent Ans, à l’issue de la bataille de Castillon.

Cette propriété de 42 Ha, dont 36 Ha de vignes, a la particularité d’être un domaine viticole particulièrement étendu dans le Saint-Emilion.

Crédit photos: Château de Pressac

Elle a aussi l’originalité d’avoir ses vignobles en terrasse; son sol est de nature calcaire et argilocalcaire. Les cépages sont majoritairement du Merlot (72%), du Cabernet Franc (14%), et du Cabernet Sauvignon (12%).

65% des barriques sont des barriques neuves chaque année; il faut compter environ 600 /700 euros HT la barrique, et lors de la revente, les barriques se déprécient de 50% par an (pour info, une barrique = 300 bouteilles).

Après une dégustation au Château, nous nous rendons au village médiéval de Saint-Emilion, il est déjà tard!

Mais la nuit tombe, il est temps de rejoindre le Château dans le sauternais et dans lequel nous allons passer la nuit: le Château d’Arche: 

crédit photos: Château d’Arche

Superbe cadre plein de charme, un véritable havre de paix au milieu des vignes, n’hésitez pas à y aller pour un week-end en amoureux!

Le soir, visite des chais de ce Grand Cru de Sauternes avant de passer à table:

Respect de la tradition: les pressoirs datent de… 1936!

Jérôme Cosson, Directeur de la propriété, nous explique la particularité du Sauternes due au « pourrissement noble » provoqué par un champignon, le Botrytis Cinerea. La récolte du raisin se fait de manière exclusivement manuelle et débute généralement vers le 20 septembre pour finir fin octobre; elle se fait en plusieurs fois successivement, afin de ne recueillir que les raisins attaqués par le champignon… de 3 à 5 passages sont nécessaires au total!

Le domaine couvre environ une trentaine d’hectares, les cépages sont composés principalement de Sémillon (90%) et de Sauvignon (9%).

Le rendement maximum dans les vins de Sauternes est plus faible que dans les autres vignobles (25 hl/ha maximum); celui du Château d’Arche tournant autour de 17 hl/ha, ce faible rendement est un gage de qualité. La moyenne d’age des pieds de vigne du Château est d’environ une cinquantaine d’années, mais certains sont beaucoup plus vieux, jusqu’à plus de 80 ans!

Le repas nous attend ensuite dans une des ailes du Château. Il est préparé par Georges Gotrand, Chef à domicile, qui nous propose tout d’abord une succession de mises en bouche… chacune d’elle est accompagnée d’un vin liquoreux de la région: Barsac, Loupiac, Cérons…

Autant de vins différents que de mises en bouches nous sont tous présentés par les viticulteurs/producteurs respectifs, venus spécialement pour cette soirée.

de g à d: Château Duchesse de Graman, Château de Rolland, Château Piada, Château Dauphiné-Rondillon, Château le Hauret du Piada = »window.open(this.href);>

Des sweet Bordeaux tous très agréables à boire, j’en connais d’ailleurs une pour qui ça été une véritable révélation 😉

On nous sert ensuite un plat de gambas et lotte… accompagnée d’une bouteille de Sauternes de la propriété! Comme quoi, le Sauternes peut accompagner d’autres plats que le foie gras!

Le repas terminé, il ne nous reste plus qu’à rejoindre une des très confortables chambres du Château:

Le lendemain matin, après un solide petit déjeuner, nous sommes d’attaque pour repartir vers l’Entre-deux-Mers, plus précisément au Château Turcaud.

crédit photo: Château Turcaud

Ce Château est une longue histoire familiale: en 1973 la propriété ne s’étendait que sur 7,5 ha de vignes. Son propriétaire Maurice Robert a depuis développé son domaine, puisqu’il comprend maintenant 45 ha. Il a également transmis son savoir-faire à sa fille Isabelle et son gendre Stéphane, qui viennent de prendre la direction du Château.

les femmes semblent moins intéressées que les hommes sur les détails de la coupe de la vigne ;-)))

Stéphane et Isabelle nous expliquent leur savoir-faire et toute l’importance qu’ils accordent à l’écologie: le désherbage se fait par exemple de manière mécanique, pas d’herbicide du genre R…-up utilisé!

Dans les vins blancs, les cépages utilisés sont le Sauvignon (50%) et le Sémillion (50%). Dans les rouges on trouve 70% de Merlot et 30% de Cabernet Sauvignon.

L’entreprise familiale assure l’embouteillage du vin et le négoce; la production n’est pas vendue dans les grandes surfaces, la vente se fait uniquement chez des cavistes, directement au particulier au Château ou par correspondance, et également dans les restaurants dont les plus prestigieux (Le Taillevent à Paris, Cordeillan Bages de Thierry Marx par ex).

Embouteillage (crédit photo Château Turcaud)

Etiquettage (crédit photo Château Turcaud)

Les tarifs sont volontairement attractifs, ici on veut montrer qu’un vin de Bordeaux peut être bon marché tout en restant de qualité: les tarifs commencent à moins de 5 euros la bouteille! Mission accomplie!

Dernière étape pour terminer ce week-end: la ferme « Oh légumes oubliés », à Sadirac.

Le responsable, Bernard Lafon, ancien ingénieur agronome nous explique avec passion tous les bienfaits des légumes, fruits et plantes sauvages, et la biodiversité alimentaire. Les légumes oubliés sont bien sur mis à l’honneur tout comme les nèfles, les orties, la fleur de pissenlit…

Tous les produits sont certifiés Bio et sont directement transformés dans la conserverie sur place: purées, confitures, soupes, condiments,  mousselines…

Après une rapide visite du jardin (nous sommes presque en hiver, ce n’est pas la meilleure saison pour le jardin!), Bernard Lafon nous accueille autour d’un déjeuner pour nous faire apprécier quelques unes de ses spécialités: un grand coup de coeur pour le confit d’oignon aux truffes et la confiture d’amour en cage!

Le week-end se termine, convivial et riche en découverte: c’était un grand plaisir de rencontrer toutes ces personnes passionnées par leur métier, qui savent si bien transmettre et faire partager leur passion. Notre chauffeur nous reconduit à nos moyens de transport respectifs (certains sont avantagés car ils n’habitent pas loin ;)).

J’espère vous avoir donné envie de venir dans notre belle région bordelaise, découvrir les vignobles et différents châteaux, prendre du plaisir à déguster des vins de Bordeaux très diversifiés selon les terroirs… bref passer d’agréables moments comme notre petit groupe durant ces 2 jours!

Un grand merci à nos Gentils Organisateurs: Catherine, Yann, Claire, Nathalie, Bordeauxandyou et Sweet Bordeaux pour ce week-end qui m’a permis de mieux connaitre les richesses de ma région!

technorati tags:
del.icio.us tags: 

Ce billet vous a plu? Pour être averti automatiquement à chaque nouvelle diffusion sur le blog, inscrivez vous ici !


Les Textes et Photos sur « Assiettes gourmandes le blog de cuisine de Chantal », sont protégés par Copyright. Toute reproduction interdite sans accord de l’auteur.
© 2006-2011 .
All writing and photography on « Assiettes gourmandes le blog de cuisine de Chantal », is Copyright © 2006-2011. All rights reserved.

Commentaires
  1. Circee | Répondre
  2. trinidad | Répondre
  3. PHILO | Répondre
  4. Tiuscha | Répondre
  5. chantal33 | Répondre
  6. isa | Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *