Menu

Déjeuner au Château d’Adoménil à Lunéville

Si vous aimez les belles demeures et les bons restaurants, peut-être connaissez vous le Château d’Adoménil, près de Lunéville en Lorraine?
Moi, j’avoue que, avant que Laurent Kieny et son frère Jean Marc Kieny ne m’en disent le plus grand bien, je n’en avais jamais entendu parler… Et pourtant le Château d’Adoménil fait partie de la chaîne prestigieuse des Relais et Châteaux, et son restaurant gastronomique est honoré d’une étoile au Michelin.

Alors je vais de suite commencer par la conclusion du repas que nous y avons fait lors de notre semaine gastronomique en Alsace: ce fut pour nous ni plus ni moins qu’une des plus belles révélations de l’année!

Mais reprenons depuis le début…
Après l’excellent repas à l’Atelier du Peintre à Colmar, nous avons donc mis le cap vers la Lorraine, direction Rehainviller, tout près de Lunéville.
On nous avait prévenu que le Château d’Adoménil était difficile à trouver… même en rentrant l’adresse de l’établissement dans un GPS, plus d’un Tom Tom s’y est cassé les dents 🙂
Le moyen le plus sur pour arriver à bon port sans demander 10 fois sa route aux rares passants se hasardant dehors (en Lorraine fait pas chaud-chaud en novembre ^_^), le mieux est de rentrer directement les coordonnées longitude et latitude du Château dans le GPS (48.564734,6.46312)… c’est ce que nous avons fait, et ça marche nickel!

Et alors, au fin fond de nulle part, vous aurez le plaisir d’arriver là:

L’établissement est tenu par un jeune couple charmant, Cyril et Sophie Leclerc. Ils qui ont pris la succession du père de Sophie, Michel Million, Chef cuisinier lui aussi, qui avait acquis cette propriété en 1978. De nombreux travaux ont suivi pour rendre cet établissement tel qu’il est aujourd’hui.
Cyril fait partie de ces Chefs qui ne courent pas après la médiatisation… plus discret que lui c’est difficile 🙂

En pénétrant dans les belles salles du Château, on a l’impression de faire un petit retour bien agréable dans l’Histoire…

Des tables magnifiquement dressées… petit clin d’oeil à la cristallerie Baccarat à quelques kilomètres:

Et pour les amateurs, une Carte des Vins épaisse comme un bottin!

On se laisse très vite tenter par le Menu Dégustation proposé à 110 euros, comprenant 7 plats + dessertS… ‘notez bien le « S » à dessertS, vous comprendrez un peu plus loin  ^_^)

Un petit festival de mises en bouches pour débuter ce repas:

Guacamole d’avocat et oeufs de poissons volants; gelée de betterave et oeufs de harengs; galantine de foie gras et cèpes. Dans le bol: crème de sardine légèrement acidulée.

Amuse-bouche suivante: flan de foie gras tiède surmonté d’une nougatine salée sur le dessus et d’une émulsion au Parmesan. Il est conseillé de plonger la cuillère au fond de la verrine afin de remonter avec un mélange et un contraste de textures qui séduira votre palais!

On continue ensuite avec le 1er plat du Menu:

Saint-Jacques crues, caviar royal d’Aquitaine Baeri, gelée de crevettes bouquet et yuzu

Là encore le jeu de textures est très intéressant: une gelée semi prise très parfumée, un croustillant à la saveur presque sucrée, c’est frais, ça sent la mer et on a les papilles en émoi…

Le 2ème plat:

Jaune d’oeuf bio, châtaignes et noix

Le jaune d’oeuf est cuit basse température, cela peut paraître un « classique » quand on fréquente des établissements gastronomiques mais l’association avec les noix apportent une texture légèrement granuleuse au velouté de châtaignes, c’est top!

A noter, une recherche de vaisselle très originale tout au long du repas… et que j’envie, c’est trop beau!!!!

Le 3ème plat:

Dos de cabillaud, moelle, cébette, oignon, romarin et orange

De la moelle avec du poisson? Et bien oui, Cyril Leclerc a associé ces 2 ingrédients et c’est une merveille. Une crème onctueuse parfumée à l’orange et au romarin accompagne le poisson, une petite tuile de pain croustille sous la dent… ça claque et c’est pas fini 😉

Le 4ème plat:

Homard bleu, radis blanc, soupe miso, échalotes confites

Un voile de radis blanc (souple mais encore craquant) dissimule les délicieux morceaux de homard, un lit d’ échalotes confites est caché dessous, un bouillon japonisant est versé devant le convive… on continue de rêver…

Le 5ème plat:

Foie gras de canard, lentilles, consommé de cèpes à l’infusion de gingembre

ça devient répétitif… mais l’éblouissement gustatif est omniprésent, des produits de grande qualité, des assaisonnements parfaits et des associations comme j’adore! Les lentilles en texture se dissimulent dessous, l’escalope de foie gras est pochée, quelques cèpes sont tranchés très finement à la mandoline et le gingembre sait se faire très discret tout en marquant sa présence.

Le 6ème plat:

Insolite: riz et légumes acidulés

Une gelée de légumes, une mousse de riz… et un contenant qui laisse baba ;-))

Enfin, le 7ème plat:

Poitrine de pigeonneau « Terroir Lorrain », potimarron et carotte au beurre noisette, semoule noire, coing et fève de Tonka

Tout est dit dans l’intitulé… sauf l’ail noir d’Aomori, cet ail noir confit à l’eau de mer, particulièrement doux et légèrement sucré.

On nous propose ensuite un peu de fromages (en option), mais bon, ça ira… on se garde une petite place pour le dessert 🙂
Mais, comme je vous le disais plus haut, il ne s’agit pas de dessert au singulier, mais de dessertS… avec un grand S!

Car à ce moment là, c’est juste un feu d’artifice de folie: 7 desserts par convive, sinon rien!!!

Autour de délicates saveurs en texture…

Et dans le détail ça donne ça:

Ananas, bonbon acidulé voile de sucre            Chocolat et thé vert Matcha

Verveine et soufflé froid                                           Lait de poule et spéculoos

Sorbet sésame noir et praslin                                Caramel et canelle (vacherin)

Bulle satinée scintillante et pétillante au litchi (bulle de sucre soufflé garnie à l’intérieur)

Je ne vais pas détailler chaque dessert, mais c’est du délire, un moment d’exception, magique et féerique tant au niveau du visuel qu’au niveau des saveurs ! Il faut savoir que Cyril est un ancien pâtissier, puis son goût  et sa créativité ont débordé vers le salé.. . tout s’explique!

Et enfin, quelques mignardises et petits chocolats pour finir ce repas:

Un immense bravo à Cyril Leclerc, et à toute son équipe, aussi bien côté cuisine que côté salle; son épouse Sophie conjugue gentillesse et professionnalisme pour accueillir ses hôtes avec une attention particulière.
Ce repas restera indéniablement un de nos plus grands coups de coeur de l’année.

Une adresse qui vaut bien plus que l’unique macaron délivré par le petit bonhomme rempli de chambres à air. Une deuxième s’impose obligatoirement, et je dirais personnellement que l’on serait même plutôt sur le chemin d’une 3ème étoile…

En plus du repas, je ne peux que vous conseiller de passer la nuit au Château: rien ne manque, tout est parfait, le label Relais & Châteaux est bien mérité… le bonheur existe 😉

Vous voudriez en savoir un peu plus sur Cyril Leclerc et mieux connaitre ce Chef aussi discret que talentueux?
D’un tempérament  réservé il n’ouvre que rarement les portes de ses cuisines à la clientèle… mais pour Assiettes Gourmandes, il a fait une exception 🙂
Alors promis, je vous dévoile les coulisses lors d’un prochain épisode!

Château d’Adoménil
Rehainviller
54300 Lunéville
tél: 03 83 74 04 81
GPS: N48.56469° E6.46550°

Commentaires
  1. Mag | Répondre
  2. beart | Répondre
  3. vincent | Répondre
    • Chantal | Répondre
  4. qmmf | Répondre
    • Chantal | Répondre
  5. NIC | Répondre
  6. Anne-Marie | Répondre
    • Chantal | Répondre
  7. Nora | Répondre
  8. christiane schott | Répondre
  9. SCHAAF JEAN | Répondre
    • Chantal Descazeaux | Répondre
  10. LORRETTE | Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *